You cannot place a new order from your country. United States

Les conseils de Jessica Michel-Botton pour ne plus avoir froid l'hiver a cheval

Rencontre et conseils avec Jessica Michel Botton pour ne plus avoir froid l'hiver a cheval

L’équitation n’est pas le sport d’une seule saison. Ni le cavalier, ni le cheval ne connaissent le concept d’hibernation. Surtout lorsque l’on pratique à haut-niveau. Une fois l’automne arrivé puis l’hiver installé, il faut, malgré les caprices de Dame Nature, continuer à se promener, s’entrainer, passer du temps dans les écuries… Le froid devient alors le principal ennemi du cavalier. Un froid si douloureux qu’il a presque découragé Jessica Michel-Botton à poursuivre sa carrière. En effet, incommodée de surcroit par le syndrome de Raynaud, celle qui affiche près de 30 titres de championne de France de dressage à son palmarès a déjà eu si froid que, certains hivers, la souffrance a pu la désenchanter de sa passion. Jusqu’à ce qu’elle essaye et adopte instantanément les solutions de chaleur et de confort développées par Therm-ic.

Rencontre avec l’une des références françaises de la discipline qui nous donne, au détour d’une balade au trot, ses conseils pour pratiquer l’équitation en hiver. Et ne plus avoir froid en montant à cheval !

L’INTERVIEW

L’équitation est un sport vraiment exposé au froid ?

Oui, vraiment ! L’équitation est un sport qui se pratique en extérieur, peu importe les conditions. Par définition, nous sommes autant exposés au chaud l’été qu’au froid l’hiver venu. Le cheval, c’est comme un athlète. Il doit s’entrainer toute l’année. Il ne peut pas s’arrêter sous prétexte qu’il fasse -10°C ! Or notre principal problème, c’est qu’il existe très peu d’équipements spécifiques. Notre matériel, notamment les bottes et les gants, varie très peu en fonction de la saison. Ou alors il faut être en mesure d’investir 1000 euros dans une paire de bottes rembourrée… Et encore, c’est rarement assez efficace !

En quoi le froid est-il vraiment pénalisant dans le cadre de votre pratique à haut-niveau ?

Pour ma part, je redoute vraiment l’hiver, d’autant plus que je souffre d’un syndrome de Raynaud qui démultiplie les effets délétères du froid sur ma pratique. Dès lors que tu as froid, il devient quasi-impossible de rester concentrée, motivée, efficace dans ton entrainement… Autant rentrer se mettre au chaud !

Comment cette souffrance liée au froid se traduisait-elle ?

Le syndrome de Raynaud accroît ma sensibilité au froid et ce particulièrement au niveau des extrémités. Mes pieds et mes mains s’engourdissent très rapidement, ils deviennent blancs, le sang ne circule plus. C’est extrêmement douloureux. Il m’est arrivé de pleurer à cheval, de souffrance mais également de désespoir. Au point d’être presque désenchantée de ma passion.

Jessica semelles chauffantes
Jessica utilise les semelles chauffantes Therm-ic ainsi que les batteries C-PACK 1700B

Le fait que le cavalier ait froid peut-il avoir un impact sur les chevaux ?

Oui, bien sûr ! Les chevaux ressentent instantanément si l’on est raidi et crispé par le froid. Ils prennent alors conscience que la situation n’est pas normale, ils s’inquiètent et peuvent alors réagir de façon brusque et anormale. Ils prennent peur, développent un instinct de fuite… Cela devient dangereux. Le risque de chute augmente. D’autant plus que l’hiver, les chevaux sont très réactifs, fougueux. Ils ont besoin de se dépenser pour avoir chaud. Tu as intérêt d’être alerte et concentré dès lors que tu montes en selle.

 

Le confort thermique est donc une véritable source de plaisir et de performance en équitation ?

Absolument ! Tout cavalier qui subit le froid sera moins performant et prendra moins de plaisir. Qu’il soit professionnel ou amateur. Le froid pénalise le professionnel puisqu’il lui ôte finesse et souplesse avec son cheval. L’amateur voit lui son loisir transformé en calvaire car il sait qu’en dix minutes, à cause des étriers en acier complètement glacés, il aura les pieds congelés.

Quelles solutions avez-vous trouvé pour ne plus avoir froid à cheval ?

J’ai pas mal bricolé et cherché des alternatives avant de découvrir Therm-ic (sourire). Pratiquant assez rarement le ski, je n’avais pas connaissance des solutions chauffantes. J’ai fait mon premier achat de la marque sur Internet en janvier 2017. Puis, hyper convaincue, nous sommes devenus partenaires en début d’année 2019. Ça a clairement changé ma vie et révolutionné ma pratique. Je redoute beaucoup moins le froid désormais !

Quels sont les produits Therm-ic que vous utilisez le plus ?

Les semelles chauffantes ! Que ce soit pour m’entrainer moi-même ou entrainer les autres. Je les utilise aussi bien pour monter à cheval que pour passer ma journée debout dans le manège, le pied au contact d’un sable très froid car humide. En équitation, les pieds constituent réellement une zone sensible puisqu’ils peuvent rester très longtemps immobiles, confinés dans des bottes assez étroites, avec une humidité importante. Les semelles chauffantes, par leur finesse, leur praticité et leur autonomie, ont réellement changé ma vie !

Utilisez-vous d’autres produits que les semelles chauffantes pour vous prémunir du froid ?

La liste est assez longue puisque je suis vraiment frileuse (Sourire). La plupart des cavaliers sont également enseignants et dans le cadre de cette activité, j’utilise beaucoup la veste chauffante ainsi que les gants chauffants. Enfin, j’ai un usage vraiment quotidien, peu importe la saison, été comme hiver, des sèches-chaussures ! Après chaque session, je les mets dans mes bottes afin de les assainir. Car l’humidité est un fléau annonciateur de froid et par conséquent d’inconfort…

LES CONSEILS

Les semelles chauffantes

« Elles ont changé mon appréhension de l’hiver. Elles présentent trois grands avantages. Tout d’abord, elles sont si fines qu’elles s’intègrent parfaitement dans la botte. C’est si confortable qu’elles font oublier leur présence. Ensuite, moi qui redoutais d’être gênée par le fil, je trouve les petites batteries très faciles à accrocher à l’extérieur de la botte. Le fil qui relie la semelle à la batterie est très fin, souple et ne gêne absolument pas ! C’est une vraie solution de praticité. Enfin, le dernier élément réside dans la possibilité d’ajuster l’intensité de la chaleur en fonction des conditions, grâce à mon téléphone portable, sans devoir ôter mes bottes. Cela me permet de gérer l’autonomie de la batterie à la perfection, pour des journées qui durent parfois près de dix heures… ». Afin de pouvoir les accrocher facilement sur vos bottes, nous vous conseillons le clip spécial botte, le Wire Clip.

 

Seche chaussures équitation
Le sèche chaussures Refresher utilisé dans les bottes d'équitation

Les sèches-chaussures

« C’est un allié qui est devenu incontournable. Je l’utilise été comme hiver puisqu’après une journée au manège, mes bottes sont forcément rendues un peu humides par la sudation de mon pied dans un milieu très confiné. Ils ont des propriétés antibactériennes qui me permettent de repartir sainement et sereinement à l’entrainement le lendemain ! »

La veste chauffante

« Je l’utilise plutôt pour enseigner que pour monter. Ce que j’apprécie beaucoup, au-delà de son confort et sa sobriété, c’est la possibilité, comme pour les semelles, d’ajuster l’intensité de la chaleur en fonction de mon besoin du moment ! »

Les gants chauffants

« Tout comme la veste, ils m’accompagnent plutôt pour l’enseignement, lorsque je suis appelée à passer pas mal de temps debout, à l’écurie ou dans le manège. Pour monter à cheval, je privilégie des gants en soie qui m’offre un peu plus de finesse et de sensibilité dans la manière dont je tiens ma bride. Ceci afin de mieux comprendre mon cheval, mieux lire et ressentir les informations qu’il me communique ! »

Articles à lire
Notre sélection de produits Therm-ic

Paiement 
100% sécurisé

A votre écoute au
09 71 00 10 48